Quand et comment  planter des racines nues.

Rosiers, charmille, arbre, fruitiers sont la plupart du temps proposés à la vente en conteneur ou en motte. Cependant vous les trouverez également en racines nues à partir de novembre et jusqu’à avril.

Souvent bien plus économique que les végétaux en conteneur, leur plantation nécessite quelques précautions.

Quels sont les avantage des racines nues ?

Un pied en racine nue est un végétal dont les racines sont à l’air libre sans conteneur. Parfois les racines sont entourées d’un sac opaque. Ces végétaux ont l’avantage d’avoir poussé en pleine terre. De ce fait leurs racines ont eu un développement naturel sans être contraintes dans un pot.Leur vigueur et leur rusticité est donc renforcée et leur enracinement facilité. Par ailleurs, leur prix est nettement inférieur à leur cousin en pots car leur coût de transport et de manutention sont bien moins important.

Quand planter un arbre en racine nue ?

A la sainte Catherine tout bois prend racine.

Le 25 novembre semble donc lancer le début des plantations en racine nue. Toutefois pour assurer une bonne reprise de votre végétal, il est impératif d’attendre sa période de repos végétatif, c’est-à-dire que la sève soit descendue :  il faut que l’arbre ai déplacé ses réserves nutritives de la partie aérienne vers les racines. Souvent cette migration se fait avec la perte des feuilles. Fuyez donc les offres alléchantes trop précoce alors qu’il fait encore doux. Attendez que le froid soit bien et durablement installé pour minimiser le stress de la transplantation et favoriser la reprise de votre arbre, rosier ou fruitier.

C’est donc au plus tôt fin novembre que vous pourrez planter sereinement vos végétaux en racine nues.

Comment planter une racine nue ?

Premier point de vigilance : vous devez planter votre arbre le plus rapidement possible. Idéalement le jour même. A défaut de pouvoir le planter immédiatement, conservez votre pied en jauge : mettez les racines dans une épaisse couche de sable de rivières, à l’abri du vent et à l’ombre.

Sans ces précautions les racines et en particulier les radicelles vont rapidement se dessécher et compromettre la reprise.

Pour la plantation nous vous conseillons de suivre les étapes suivantes :

  • réaliser un trou de plantation 2 fois plus grand que le volume racinaire.
  • Mélanger votre terre excavée avec du terreau de plantation ou du compost
  • Ajuster la profondeur de trou pour que le collet de l’arbre (jonction entre les racines et le tronc) soit exactement au niveau du sol. Pour cela conservez la terre du trou de plantation pour la rajouter au fond et ainsi ajuster le niveau.
  • Enrobez les racines d’un pralin. Vous pouvez vous procurer du pralin en jardinerie ou simplement le fabriquer à partir d’un mélange de terre et d’eau. Une simple boue suffira à protéger les racines.
  • Placez un tuteur si le végétal est suffisamment grand.
  • Plantez votre arbre en y ajoutant votre mélange terre /terreau : Tassez manuellement la terre afin de vous assurer qu’il n’y a pas de cavité dans le sol.
  • Réalisez un plombage hydraulique : Noyez votre fosse de plantation sous l’eau. Vous vous assurerez ainsi de l’absence de cavité dans la fosse de plantation et d’un contact étroit entre la terre et les racines.
  • Ajustez éventuellement le niveau de terre
  • Paillez votre pied : feuilles morte, broyage de bois, foin, paillette de lin etc… Peu importe le paillage que vous choisirez, il est important d’en appliquer une couche épaisse (environ 10 à 15 cm) sur toute la surface de la plantation.

Faut-il couper les racines ?

La question de l’habillage racinaire ne fait pas consensus chez les professionnels. Cette technique consiste à couper certaine racine trop longue, abimées ou « déséquilibrée ».

Toutefois, comme beaucoup, je considère que le stress de la transplantation est déjà important et il me semble inutile d’en rajouter en voulant couper certaine racine. Aussi sauf à découvrir des racines vraiment très abimées (casse évidente pendant le transport ou l’arrachage), je ne pratique pas d’habillage racinaire.

Christophe Drenou, dans son excellent livre « l’arbre au-delà des idées reçus » indique : « l’habillage [..] n’est autre qu’une décapitation des extrémité racinaires [qui] ne fait qu’accroitre la crise de la plantation. » 

Et la mycorhization c’est quoi ?

Tous les systèmes racinaires des feuillus vivent en symbiose avec les champignons mycorhizien. Un échangé de bon procédé s’effectue : Les mycorhizes apporte de l’eau et des minéraux aux racine qui en retour leur apporte des sucres.

L’adjonction de mycorhize en poudre ou en galet dans votre trou de plantation est un vrai plus. La reprise du végétal sera plus rapide et plus sure. 

source : Wikipédia

Souvent pratiqué par les paysagiste, ce produit est rarement disponible en grande surface. Vous le trouverez cependant facilement en vente sur internet notamment chez https://www.comptoirdesjardins.fr/

Faite appel à un professionnel !

SI vous craignez de ne pas savoir planter correctement votre végétal, les équipes d’instinct jardin sauront vous apporter leur expertise et leur matériel pour réaliser ces travaux en toute sérénité.